Poulette Blog | Girly, funny, trendy... Une poulette au quotidien !

19 Déc 2012

Silicones, parabens, sulfates, tests sur les animaux… Polémiques ou véritable problème ?

Depuis quelques mois, sur les flacons de nos produits chouchou, on voit des annonces comme « Sans parabens », « Produit non testé sur les animaux », « Pas de silicones »…

C’est un peu une communication du type « Moi je fais tout mieux que le voisin », alors que de très belles marques ont des compositions que j’appellerai propres mais qui ne le revendiquent pas.

Et puis, au final, les sulfates, silicones et parabens, c’est vraiment mauvais, ou c’est juste du buz ?

Je me pose régulièrement la question sur toutes ces polémiques et j’ai voulu creuser le sujet.

Pour répondre à toutes mes questions idiotes, je suis allée à la rencontre d’un formulateur, d’un cosmétologue et d’un directeur marketing, tous issus de la cosmétique. Ils ont souhaité rester anonymes pour pouvoir s’exprimer librement.

 

Concernant les silicones, parabens et sulfates, ma question était surtout de savoir si c’est « dangereux ».

Pour nous, pour la planète… y a t-il des risques ? Et, si oui, pouvons-nous les éviter ?

Concernant les tests sur les animaux, je vois circuler tellement de photos atroces que je voulais savoir si véritablement c’est ce qui se passe.

 

Je vous emmène dans les entrailles de fabrication de nos pots de crème ?

 

Les silicones

 

Dans l’absolu, ils ne sont pas dangereux, mais légèrement polluants.

Ils sont utilisés dans les crèmes et shampooings car ils rendent les textures agréables à utiliser.

Et le résultat sur la peau ou les cheveux est immédiatement visible car les silicones gainent la kératine (aussi bien sur la peau que sur les cheveux).

Mais c’est une beauté de surface…
Le cheveux devient lourd et gras.
La peau étouffe, devient granuleuse et parfois grasse (Je parle en connaissance de cause).

 

Il existe plusieurs alternatives aux silicones, mais pour rendre les textures aussi agréables cela implique une formulation plus coûteuse.
En gros, plus les produits sont chers, et moins il devrait y avoir de silicones.

Si vous achetez vos crèmes à moins de 40 euros, vous risquez effectivement d’en retrouver.

Mais sur des produits plus chers, cela signifie que la marque n’est pas très soucieuse de votre peau ou de la planète.

Pour les repérer dans la liste des ingrédients, ce sont tous les mots qui contiennent « icon » et il y sont nombreux !

 
 

Les parabens

 

Les parabens sont des conservateurs, mais attention, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de parabens que les produits se conservent moins bien !

Certaines études ont montré qu’ils pouvaient être toxiques pour la peau et d’autres ont démontré le contraire.
Nous sommes dans un principe de précaution.

Pour les médicaments, nous parlons de bénéfice-risque : pour un traitement, nous mettons dans la balance, les effets secondaires éventuels versus les bénéfices (vies sauvées, amélioration de la qualité de vie…).

Mais pour les cosmétiques ?!
Très honnêtement, et ce n’est que mon avis, si on peut éviter un produit toxique autant le faire non ?
Car il existe une fois encore des alternatives !

A la suite de ces études, certaines marques ont fait l’effort de revoir leurs formules.

Mais effectivement, la formulation est plus compliquée et, par conséquent, les prix des produits sont susceptibles d’augmenter.

 
 
Le mélange silicones + parabens donne un effet de formulation qui offre un plaisir lors de l’application : textures fondantes, effet peau lisse ou repulpée…

Sur des produits à petit prix, nous devons juste être conscientes des éventuels effets lorsque l’on fait notre choix.

Mais sur les produits de grandes marques, où les crèmes atteignent parfois 100 euros, il s’agit d’un manque de respect pour la consommatrice !
Car, pour les silicones comme pour les parabens, il existe de nombreuses alternatives.

Elles ont certes un coût financier, mais la question est alors : Privilégions-nous la qualité de nos produits ou le marketing pour les vendre ?

 
 

Les sulfates

 

Nous les retrouvons essentiellement dans les soins lavants : shampooings, gel douche, nettoyant visage…

Ils permettent de faire une mousse belle et onctueuse.

Mais ce sont tout bonnement des détergents.

Attention donc si vous avez une peau réactive, privilégiez les produits qui n’en ont pas !

 

 

Les tests sur les animaux

 

C’est LA grande question du moment. Et j’avoue que je me la posais aussi : nos maquillages et crèmes sont-ils testés sur des boules de poils ?
La réponse est non !

Depuis le début des années 2000, les tests sur les animaux sont totalement interdits en Europe (et par conséquent en France).

Mais effectivement, il y a encore 10 ou 15 ans, les tests d’allergie étaient effectués sur les animaux.
Il s’agissait une réglementation obligatoire sans quoi les produits n’étaient mis en vente.

Aujourd’hui, les tests sont réalisés sur des humains. Il s’agit uniquement de tests d’allergie car tous les produits utilisés sont connus.

Mais alors pourquoi certaines marques basent leur communication sur le message « Pas de test sur les animaux » ?

Dans l’absolu, elles sont hors la loi.
Car en cosmétique, il est interdit de revendiquer quelque chose qui est un caractère commun à tous les acteurs du marché.

C’est comme si demain vous voyez sur votre anti-ride « Cette crème n’est pas faite à base d’eau de javel ».
Il ne s’agit pas d’un argument de vente !

 

Je vais même plus loin dans la démarche (et là c’est très personnel).

Les marques qui indiquent ne pas tester sur les animaux aujourd’hui bénéficient tout de même de toute la recherche qui a été faite en amont par les marques pionnières.

Par exemple, aujourd’hui, on sait que le fait de laisser poser un masque 15 minutes sur le visage ne fera pas tomber notre peau en lambeaux.
Mais il a bien fallu que des marques fassent le test avant, non ?

Par conséquent, ces jolies marques qui revendiquent ce type message, elles sortent bien des produits sur la base des études faites sur les animaux il y a encore 10 ans.

Parfois c’est facile d’être suiveur et de faire la morale, non ?

 

Attention toutefois aux produits venants d’autres continents : Amérique du Sud, Asie ou Afrique…

La règlementation ne doit pas être la même.

Si vous êtes tentées, pensez à vous renseigner sur les tests effectués !

 

 

J’ai fait un tour d’horizon, très succinct, sur toutes ces interrogations que je me posais.

Si vous avez d’autres infos, n’hésitez pas à venir échanger !

Le débat est ouvert et l’objectif est d’y voir plus clair !

 

 

 

 

 

39 commentaires sur “Silicones, parabens, sulfates, tests sur les animaux… Polémiques ou véritable problème ?”

  1. Mei-Mei

    Je suis d’accord de privilégier la qualité des produits de beauté, mais je t’assure que ce n’est pas évident dans mon cas. Budget d’étudiant ne rime pas avec compte bien rempli.
    Je tente au mieux de trouver de bons produits sans les cochonneries, mais bon.
    Après, concernant les animaux, il est difficile de voir ce qui se passe vraiment. Peu de transparence sur comment les produits sont réellement faits, et aussi comment sont faits les tests.

    • SophieM

      Je te conseille de te tourner vers des produits bios (pour être sur qu’il n’y a pas de silicones et de paraben), de qualité et bon marché, Comme ceux de la marque Jonzac par exemple mais en para il y a aussi biosecure, cattier, weleda…

      • Poulette Nela

        Merci pour tes idées !!
        J’espère que Mei-Mei trouvera son bonheur !

      • Mei-Mei

        Merci beaucoup SophieM!
        Je fonce regarder les produits!
        Je t’en dirais des nouvelles si tu le souhaites! 😀

      • Mei-Mei

        Weleda est une tuerie!
        L’odeur rend dingue! Merci beaucoup des conseils !

  2. Les silicones, j’ai vraiment vu une différence en les arrêtant! J’avais lu quelque part: c’est comme une corde abîmée, on met quelque chose autour, elle est toujours abîmée mais ça ne se voit plus: c’est de la poudre aux yeux. Et oui, c’est vrai que ça étouffe…

    C’est marrant ce que tu dis sur le paraben, j’ai lu la même chose sur l’ammoniaque. On nous vend les colorations « sans ammoniaques » comme si c’était sans saloperie, mais derrière y a des saloperies…

    Les SLS, c’est quand même pas mal polluant, et beaucoup de gens de réalisent pas qu’ils font des réactions. Depuis que je prends des produits sans, fini les pellicules, fini la peau déssechée… Bref, faut juste s’habituer à moins de mousse, mais c’est beaucoup mieux pour tout le monde! (à mon avis)

    • Poulette Nela

      Pour les silicones, j’ai eu un effet quasi-immédiat sur la peau aussi !
      Ton image de la corde est parfaite !!
      Un grand merci pour ton message !

  3. Les infos sur les produits chimiques sont très intéressantes 🙂 J’avoue faire de plus en plus attention à la composition des produits que j’achète, du coup c’est vrai que ceux que je choisis sont un peu plus cher mais dans le même temps j’en achète moins, donc ça compense!
    Pour ce qui concerne les tests sur les animaux, je te conseille le blog de Jess qui est une fervente défenseuse des droits des animaux, et notamment son article du 27 octobre où elle fait un point sur les tests >> benicewiththebunnies.com/

    • Poulette Nela

      Je connais bien Jess !
      Mais je t’avoue que je n’avais pas lu cet article, je file regarder !

  4. LOLLI1506

    « Depuis le début des années 2000, les tests sur les animaux sont totalement interdits en Europe (et par conséquent en France). »
    OK mais qu’est ce qui m’empêche de faire faire des tests à l’etranger et de vendre mon produit en France? rien;
    En plus, pour vendre en Chine par exemple, il est obligatoire de faire des tests sur animaux, donc, pour voir quelles marques sont vraiment honêtes, il suffit de regarder si elles sont autorisées a vendre leurs produits là bas. non?

    • Poulette Nela

      Après un grand débat sur Twitter, il semblerait que tu doives faire les tests là où tu souhaites vendre.
      Par conséquent, pour les produits vendus en France, ce sont les règlements français qui doivent être appliqués (et donc pas de tests sur les animaux).
      Concernant la Chine, effectivement c’est un autre débat.
      Car pour pouvoir vendre sur leur territoire, les autorisés imposent les tests sur les animaux (comme ici il y a encore 10 ou 15 ans. Ce sont des tests de toxicité et d’allergie qui sont obligatoires avant la mise en vente des produits.

      • LOLLI1506

        Merci de ta réponse, et Alice (merci aussi) a bien éclairé ma lanterne en me confortant dans l’avis que j’ai sur le sujet.
        Ca fait du bien de lire des sujets si delicats bien construits et argumentés sur la blogosphère, je trouve que ce n’est pas souvent le cas; ils restent trop souvent superficiels;

  5. nananinou

    Hello,

    pour les tests sur les animaux, il faut consulter la Directive européenne sur les produits cosmétiques (76/768/CEE). Les tests sur les produits finis ainsi que sur les ingrédients sont en effet interdit depuis longtemps, par contre il existe 3 exceptions qui sont valables jusqu’en mars 2013 concernant les tests de la toxicité par doses répétées, de la toxicité reproductive et de la toxicocinétique. Le problème est de trouver des alternatives validées aux tests sur les animaux sur ces 3 exceptions. Ces tests sont notamment appliqués pour l’autorisation de mise sur le marché quand la formulation contient de nouvelles molécules si je ne dis pas de bêtises. Normalement, après cette date, cette interdiction est applicable indépendamment de l’existence de méthodes d’expérimentation alternatives. Du coup, dans ce que j’en comprends, il faut lire entre les lignes entre les entreprises qui disent ne pas faire de tests du tout et celles qui disent ne pas en faire, sauf obligatoires et là ça devient tout de suite beaucoup beaucoup plus opaque!
    pour celles que ça intéresse:
    – un moteur de recherche sur les marques qui ne testent pas http://www.gocrueltyfree.org/search?country=231
    – un lien pour télécharger un ‘guide shopping’ http://www.leapingbunny.org/order.php

    • Poulette Nela

      Merci pour cette explication super claire !
      J’espère que les filles la liront !

      Effectivement, il y a 3 fameux tests qui sont encore faits sur les animaux.
      Des solutions alternatives sont à l’étude.
      Mais ces tests concernent souvent des nouvelles formulations ou des nouveaux actifs.

      Je me demande si nous avons tant de nouveautés que ça en cosmétiques ?
      Il faudrait demander aux marques.

  6. marizzz

    très intéressant ton article j ai appris des choses merci!!

    • Poulette Nela

      Je t’en prie !!

  7. SophieM

    Le problème avec le test sur les animaux, même s’il est interdit en Europe, c’est qu’il est o-bli-g-atoi-re dans certains pays comme en Chine par exemple. Donc si l’Oreal vend en Chine, ils ont obligatoirement testé sur les animaux avant de pouvoir vendre leurs produits là-bas. Les mêmes produits qu’on nous vend ici. Pareil pour toutes les marques qui sont distribuées en Chine, du plus bas de gamme au plus luxueux. Certaines marques choisissent donc de ne pas vendre en Chine pour ne pas tester sur les animaux (comme urban decay me semble-t’il). J’imagine que ces marques lài ont bien raison de l’indiquer sur leur packaging.
    Sinon beaucoup de sulfates, sont créés avec des produits très polluants. La majeure partie des SLS par exemple sont faits avec de l’huile de palme dont la culture engendre une déforestation dévastatrice.
    Il me semble que les choses et les mentalités bougent heureusement, ton article en est la preuve. Merci !

    • Poulette Nela

      C’est tellement flou pour les consommatrices !!!
      Les directives européennes devraient également contraindre les marques à revoir la liste des ingrédients pour que ce soit plus clair !

  8. très bien résumé tout ça !! pour les silicones, ayant les cheveux ultra fins, je les ai supprimés de mes soins quotidiens (dans certains soins moins fréquents, je n’arrive pas à les supprimer :-/ et en les aytant supprimés, j’ai vu la différence ! au niveau de la peau, pareil, les soins avec silicone, ça je fais attention, car je sais qu’à la longue, ma peau, pourtant sèche, se rebelle en sortant des boutons 🙁 elle étouffe quoi !
    pour le reste, je fais « moins » attention mais suis de plus en plus sensibles au discours sur le bio, sans forcément devenir pro-bio, mais je me rends compte dans les produits que j’ai utilisé dernièrement qu’il y a pas mal de bio alors qu’avant je n’en utilisais pas… surtout pour les soins visage 😉

    bises à toi et merci pour ce point d’info, je vais partager sur ma page FB, car c’est plutôt abordable comme discours 😉

    • Poulette Nela

      Merci pour ton passage !
      L’idée n’était pas d’assommer les lectrices, mais de tenter une ébauche de réponse…
      Pour des pros, mon discours doit sembler très peu détaillé, mais je tente d’élaguer un peu.

  9. SophieM

    Ah oui et pour reconnaître les silicones, les terminaisons en « -one » ou en « -ane » sont aussi des dérivés du silicone.
    Il me semble que ces produits ainsi que les dérivés de la pétrochimie sont TRÈS polluants car très peu biodégradables. La mer méditerranée en est d’ailleurs beaucoup plus infectée de ce côté ci que du côté Maghreb…

    • Poulette Nela

      Nous devons prendre soin de notre peau mais aussi de notre planète !

  10. les produits ne sont peut-être plus testés sur animaux, mais cela ne concerne que le produit fini, les ingrédients, séparément, le sont souvent toujours… alors perso, je privilégie quand même les marques cruelty free, la liste PETA est là pour ça http://rescue-belgique.forumactif.com/t576-liste-des-laboratoires-ne-testant-pas-sur-les-animaux

    • Poulette Nela

      Merci !

  11. Merci beaucoup pour ces informations, je ne savais pas qu’on ne pouvait plus tester des produits sur les animaux en Europe, et ouf ! ça m’enlève quand même un (petit) poids de la conscience.

    • Poulette Nela

      Il semblerait que ce soit un peu plus compliqué.
      Pourquoi rien n’est simple !!!!

      Tu as plein de réponses dans les commentaires si tu veux te faire ton opinion.

  12. Moi je suis d’accord avec toi
    aujourd’hui on vend un produit « sans » mais pas « avec »
    et çà c’est dommage cette derive
    tu as bien synthetiser le sujet, bravo pour cet article !!! je suis juste bien d’accord avec toi, je boude certains cosmetiques chers justement à cause du manquement d’effort concernant la composition, mais je jette pas non plus la pierre aux cosmetos pas chers, c’est appréciable de lire ce genre d’avis !!!
    Nathalie

    • Poulette Nela

      Merci beaucoup Nathalie.
      Je deviens également très exigeante avec ces « belles » marques qui nous vendent des produits hors de prix !

  13. Bonjour,

    J’ai beaucoup aimé votre article, qui sans être inutilement alarmiste remet bien les choses dans leur contexte.
    En tant que formulateur, j’approuve tout à fait les points développés, en particulier sur le coût des formules qui utilisent des substituts, car des alternatives valables aux parabens et aux silicones, oui il en existe aujourd’hui.
    Elles ont un coût non négligeables, mais à nous de faire le choix et de définir quel niveau de qualité on veut atteindre en formulation naturelle.

    Car des crèmes esthétiquement belles, évanescentes et agréables à utiliser sans silicones, c’est aujourd’hui tout à fait possible; la seule limite étant avant tout l’expertise du formulateur en ingrédients naturels de pointe et ensuite le coût de revient de la formule; le manque de substituts naturels n’est pas (plus) une excuse valable. En tout cas plus depuis 5 ans environ, où les ingrédients naturels se sont grandement développés, portés par des fabricants d’ingrédients qui ont fait de grands progrès en la matière. Tant en efficacité des ingrédients qu’en qualité cosmétique (texture, sensorialités et plaisir d’utilisation).

    Concernant le point sur les tests, en effet, plus aucun produit fini n’est testé en France sur les animaux. Mais ce n’est pas toujours le cas des ingrédients qui composent la formule.
    On en revient donc à la même hypocrisie que de dire : « sans parabens », alors que le produit contient d’autres conservateurs problématiques (Phenoxyethanol entre autres).
    Car si un produit fini n’est pas testé sur les animaux, bien souvent, les ingrédients de la formule le sont. Aux marques encore une fois de gérer jusqu’au bout leur chaîne de production en s’assurant que les ingrédients qu’elles achètent ne sont pas non plus testés par leur fabricant.

    Dernier point, il existe aussi d’autres ingrédients problématiques dont étrangement, personne ne parle jamais (euphémisme, il en existe des centaines certes, mais ceux ci sont très courants).
    Ce sont les ammoniums quaternaires, autres agents lissants capillaires bien plus condamnables encore que les silicones. Car en plus d’être une plaie au niveau écologique (polluants lors de leur fabrication, puis polluants lors de l’utilisation par le consommateur en passant dans les rivières), ils sont en plus irritants pour la peau et la muqueuse oculaire.
    On se focalise donc sur les silicones, alors que les ammoniums quaternaires sont aussi un bon client à mettre à la barre, et bien plus que les silicones, de mon point de vue…
    Et un bon nombre de marques « naturelles » les utilisent sans problème, en revendiquant par ailleurs « sans silicone »… ou l’hôpital qui…

    Les marques naturelles ont tout à gagner à prendre les devants et à faire définitivement un grand pas en formulation. Car à attendre chaque polémique pour chercher des substituts, on prend le risque de prendre des coups bien plus blessants de la part des consommateurs. Résultat, la défiance envers le « naturel » devient systématique, ce qui est vraiment dommage.
    Que les marques deviennent définitivement « partenaires » de leurs consommateurs en les informant en toute transparence et en faisant de vrais efforts en formulation et pas d’abord en communication.

    Merci en tout cas pour cet article concis, mais bien complet, qui dit les choses clairement et très justement. On devrait en voir bien plus souvent sur la blogosphère, car au delà des consommateurs, c’est aussi vous, leaders d’opinion, qui faites bouger les choses, et c’est tant mieux.

    Bonne continuation.

    • Poulette Nela

      Un énorme merci pour votre intervention et ce commentaire très constructif !
      J’espère que les lectrices seront nombreuses à vous lire.

  14. Alyann

    Bonjour Poulette,
    Je voulais juste apporter une précision concernant les silicones : on les reconnait grâce au suffixe -icone, mais aussi iconol et très souvent -siloxane. Certains sont même cachés sous d’autres dénominations comme « quaternium-80 » :p Je crois que sur ce site, si tu tapes silicone dans la recherche, tu as tous ceux autorisés en cosmétiques notamment http://ec.europa.eu/consumers/cosmetics/cosing/index.cfm?fuseaction=app.welcome

    Bon résumé sinon!

    • Poulette Nela

      Merciiii !
      C’est super intéressant !
      Il faut que je prenne des notes pour quand je ferai mon shopping !

  15. SophieM

    Merci encore pour cet article et ses commentaires éclairants. J’ai appris des choses.
    J’espère que les lecteurs les liront. Ils precisent les choses (en evitant la passion stérile qui y est souvent associée) et sont précieux par leur clarté.
    Quel chance d’avoir contributeurs de qualité.
    On a les lecteurs qu’on mérite 😉

    • Poulette Nela

      Ce message me touche beaucoup !!!
      L’objectif de cet article n’était en aucun cas de juger, mais véritablement d’essayer d’y voir plus clair.
      Je suis ravie que les lectrices interviennent !

  16. Je partage le même point de vue que toi sur les différents aspects évoqués, surtout sur les tests animaux. 🙂

    • Poulette Nela

      Merci pour ton petit mot !!

  17. Merci pour toutes ces informations; je savais que ces composants étaient néfastes, mais pas forcément pourquoi. En fait ce qui me tracasse c’est qu’aujourd’hui quand je vois des produits estampillés « sans sulfates » ou « sans paraben » je ne me sens pas forcément plus rassurée. Pour moi, les industriels ont éliminé ces produits car leur réputation était sulfureuse, pour se donner bonne conscience quoi. Je pense qu’ils les ont remplacé par des composants tout aussi dangereux, et qu’on ne le saura que dans quelques années.

  18. Depuis quelques temps, je commence beaucoup à m’intéressais au Végétarisme et donc à la cause animale et ce que je ne comprends pas, c’est que la marque L’Oréal teste encore ces produits sur des animaux en tout cas pour les produits de maquillage, c’est pour cela que beaucoup de Végé ont crier au secours quand elles ont su que Urban Decay marque Cruelty Free allait rejoindre le groupe L’Oréal !

  19. Charlout

    Je tiens a dire que les test sur les animaux existent toujours!
    En 2004 une loi fut votée pour interdire des produits finis sur les animaux mais pas les ingrédients!

    En mars 2013 une loi doit être votée pour interdire définitivement les test en Europe mais l’Oréal (champion des test sur les animaux) s’en mêle sans cesse et repousse a chaque fois cette loi!

    Beaucoup de marques testent sur les animaux comme l’Oréal, MAC, MUFE, Bobbi Brown, Dove, Mixa, Nivéa, Sanex, Narta, Maybelline, Essie…..

Les commentaires sont fermés.