Poulette Blog | Girly, funny, trendy... Une poulette au quotidien !

22 Juin 2016

Quand l’envie de bébé n’est pas partagée…

Quand je serre Marcel dans mes bras, je suis une maman comblée.

Mais au fond de moi, une petite voix me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps…

Pourquoi j’ai autant hésité avant de vouloir être mère…

Pourquoi j’ai cru que je ne serai jamais à la hauteur…

 

Parce que, quand on est femme, notre temps est précieux et nos hésitations ont parfois des conséquences.

L’arrivée de bébé m’a ouvert les yeux : j’aurai aimé avoir une tribu de têtes blondes à aimer, à choyer et à protéger.

Je dois faire le deuil de cette envie.

A l’aube de mes 40 ans, mon désir de famille nombreuse paraît particulièrement idiot.

 

Mais pourquoi pas un deuxième ?

Je me revois devant cette fenêtre, à quelques jours de mon accouchement, et je me dis que c’est une aventure que j’aimerai vivre à nouveau.

 

bebe

Crédit photo Tode

 

Un bien joli projet me direz-vous…

Oui, mais encore faut-il le partager à deux.

 

J’ai réalisé récemment que mon amoureux avait un avis bien tranché.

Lors d’une réunion de famille, à la traditionnelle question « c’est pour quand le deuxième« , il a répondu « il n’y aura pas de deuxième« .

Comme ça.

Sans me consulter.

 

Depuis, un petit coin de mon coeur s’est brisé.

Et je sers plus fort encore mon bébé dans mes bras quand je suis seule avec lui.

Je réalise, soudain, que je n’aurai que lui.

 

De nombreuses grossesses voient le jour autour de nous et nous offrons volontiers les articles pour bébé dont Marcel n’a plus l’utilité.

Mais à chaque gigoteuse enveloppée, à chaque peluche emballée, je me dis que ce ne sera pas pour le petit dernier… et mon coeur se brise un peu plus…

 

Comment réagir quand cette divergence d’opinion se fait au sein d’un couple ?

J’ai la chance d’avoir un tout petit bébé, mais je n’ose imaginer la douleur quand il n’y en a pas du tout.

Quand l’un des deux, l’homme ou la femme, ne veut pas d’enfant alors que l’autre en ressent profondément le besoin.

Quel déchirement…

 

Le premier conseil auquel on pense est bien entendu d’en discuter.

Car comprendre l’autre permet parfois d’apaiser les désaccords.

 

Mais malgré mes allusions et mes questions, mon homme reste sans réponse.

Quand je lui dit que j’aimerai offrir un petit frère ou une petite soeur à Marcel, il me sourit, simplement.

 

J’ai un amoureux qui ne parle pas beaucoup, je le savais déjà.

Enfin, si, il parle beaucoup mais uniquement de ce qui est superflu.

Pour ne rien dire en fait, simplement pour faire le pitre.

Mais dès qu’il s’agit de choses importantes ou de décisions de vie, nous n’arrivons pas à communiquer.

 

Il m’arrive d’être envahie pas la mélancolie…

Très égoïstement, je dirai qu’aujourd’hui j’ai tout pour être heureuse.

Nous sommes sortis de la phase des couches, avons trouvé un véritable rythme.

Bien entendu que l’arrivée d’un bébé chamboule tout, qu’il soit le premier ou le deuxième.

En tout cas, pendant un certain temps.

 

Mais en désirant ce deuxième bébé, c’est surtout à Marcel que je pense.

Lui qui adore les enfants, qui est heureux de retrouver ses petits camarades de crèche, j’aimerai qu’il ne soit jamais seul.

 

Ma famille proche est très réduite.

Le jour où mes parents nous quitteront, Marcel n’aura que moi de cette lignée.

 

Et si, comme je l’espère, il voyagera à travers le monde pour découvrir les merveilles de notre planète et les richesses des nombreuses cultures, je me retrouverai seule dans une jolie maison de retraite.

 

Avec ce désir d’enfant qui s’éteint, c’est un peu comme si la peur de l’avenir m’envahissait.

Et soudain, je me sens profondément âgée et pleine de regrets…

 

 

 

 

37 commentaires sur “Quand l’envie de bébé n’est pas partagée…”

  1. Anne F

    Ton article est bouleversant. Je passe régulièrement sur ton blog mais ne laisse que rarement des commentaires.
    Sache que tu n’es pas seule à partager ce sentiment. Et ce n’est pas seulement une question d’âge. Pour ma part, j’ai 34 ans et une merveilleuse petite fille de 3 ans.
    Le chamboulement après son arrivée a été tel que son père et moi n’avons jamais vraiment réussi à trouver nos marques. A tel point qu’il a même été question de rupture. La communication étant inexistante, (comme tu dis, certaines personnes communiquent pour faire le clown mais dès que le sujet devient intime, c’est plus compliqué), les nuits courtes, la fatigue, les reproches… Bref le cercle infernal!
    Tout ça pour te dire que dans mon cas, nous avons réussi à calmer les choses et nous sommes restés ensemble mais aujourd’hui, j’ai l’envie d’un deuxième bébé, pour moi car j’aimerai revivre une grossesse (et quelle magnifique photo de toi au passage! :)), pour ma fille car comme Marcel elle adore les bébés, et pour qu’elle puisse aussi partager des choses avec son petit frère ou sa petite soeur, et pour mon homme aussi….
    Mais malheureusement, il est très difficile d’en parler et difficile de ne pas penser à nos difficultés suite à l’arrivée de notre poupée…
    Et enfin, mais j’imagine que peut être tu y as pensé, pour réussir à faire parler mon homme, et à accepter la situation dans laquelle nous étions et dans laquelle nous sommes, nous sommes passés par la case psy de couple et psy individuel chacun de notre côté. (et ça aide beaucoup, enfin pour ma part, la partie psy individuel mais permis de mettre des mots sur des maux dont je n’avais pas conscience…)
    Je pourrais écrire un roman, mais je préfère ne pas trop m’étaler sur un blog mais si tu souhaites partager ton point de vue, tu as mon mail.
    Je t’embrasse fort et je pense à toi.(et merci aussi pour ton blog qui est une un plaisir à lire!)
    Anne

  2. Ton article me touche beaucoup. J’espère que tu arriveras à parler vraiment de ce sujet à ton homme, c’est tellement important… il faut qu’il comprenne que sa réaction et ses non-dits te font de la peine. Un simple sourire quand tu abordes le sujet ce n’est pas suffisant, il ne faut pas que tu te contentes de ça sinon ta douleur ne va faire que s’accentuer avec le temps. Si vraiment la communication est difficile, peut-être pourrais-tu lui faire lire cet article ?

  3. Ce n’est pas évident, je le comprends. Peut être pouvez vous expliquer par écrit à votre conjoint (via ce post de blog?) vos inquiétudes pour votre fils, vos envies. Peut être se trouve-t-il bien comme ça et ne veut pas prendre le risque de changer. Mais il peut sans doute comprendre ce qui se passe et peut être y penser de son côté aussi. Bon courage en tout cas!!!

  4. Amel

    Ton article me touche énormément. Mon mari nevoulait pas de deuxième. Je lui ai ecrit une longue lettre avec mes desirs profonds et on a réussi avec le temps à se mettre d accord. Il se sentait mis à l écart car je m occupais trop de notre fils et etait jaloux. Au bout de 3 ans, il a changé d avis et nous en avons eu un deuxième. Le dialogue par l ecrit passe bien aussi. Bises

  5. Coralie

    Ma poulette,
    Quoi de plus difficile à gérer que la pudeur d’un homme…
    Le tien, tel que tu le décris, a forcément ses raisons, ses peurs, ses doutes. Probablement irrationnelles pour beaucoup mais elles lui appartiennent. J’ai juste envie de croire que rien n’est perdu, qu’un break tous les deux, même si l’idée parait simpliste, pourrait déverrouiller (un peu) sa parole. L’envie d’enfant est tellement puissante, ancrée, charnelle qu’elle en devient insaisissable, dans un sens comme dans l’autre.
    Tes écrits me peinent et me chagrinent, c’est trop dur de vivre avec des regrets. Je te souhaite vraiment de pouvoir en parler intimement, profondément avec lui pour que tu comprennes, rien n’est pire que de rester dans l’ignorance.
    Je t’embrasse et te serre fort, fort dans mes bras!

  6. Ton billet me fait frisonner…
    Ne pense pas à la maison de retraite, on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait 😉
    J’espère que d’une façon ou d’une autre, vous arriverez à échanger. Je n’ai malheureusement pas de conseil mais peut-être ne faut-il pas faire le deuil…
    Je t’embrasse ♥

  7. Karynou

    Salut Poulette, rarement un article ne m a autant touché. On se connaît via quelques soirées et j’ai eu la chance d etre une petite poulette a ta première poulette party. Mais je te découvre avec ce billet si touchant. Ma situation a changé … J ai 34 ans pas d enfants et mon homme que j aime en a 3 . Oui. Trois. Son désir de père est largement comblé et ce n est pas évident d en gérer 3. J ai longtemps comme toi penser que je ne serai pas a la hauteur … Alors je me suis vue en toi et tu me fais réellement réfléchir.
    Si enfant il y a il y en aura qu’un… C est étrange de se dire cela ….
    Merci de ce partage a coeur ouvert car moi aussi je pense à l avenir et j ai cette même peur de l avenir …
    Désolée mon commentaire car il ne te fait pas avancer mais je souhaitais réagir quand même…
    Je t embrasse

  8. Minnie

    Eh bien… c’est difficile de réagir à ce billet… Un post très touchant que tu devrais faire lire à ton amoureux. Peut-être ne se contenterait-il pas d’un sourire et qu’il comprendrait qu’une vraie discussion est nécessaire. Et que tes attentes sont réelles.
    Je me retrouve en toi, avec quelques années de moins. Je n’ai pas voulu d’enfant pendant très longtemps mais je ne regrette rien, je suis contente d’avoir profité, voyagé & co. Et devenir maman à 30 ans, ce n’est pas terrible non plus. Contrairement aux dires de certains qui n’arrêtaient pas de me dire : fais attention, tu vieillis !
    Maintenant que Martin est là, il va seulement avoir 8 mois, mais nous pensons déjà au 2e. Reste à savoir quel sera le moment le plus adapté.
    Et puis il faut prendre en compte aussi qu’on ne tombe pas enceinte en claquant des doigts même si ça a été quasiment le cas pour Martin (et ça m’a perturbé d’ailleurs !). Je rencontre tellement de personnes qui ont des difficultés à avoir un 2e que je me dis qu’il faudra accepter les choses comme elles viennent.
    Et la p’tite confession du jour : j’aimerais bien avoir un 3e aussi 🙂

    Gros bisous Poulette !

  9. Je comprends rèelement ce que tu dis. Je vais avoir trente ans et j’ai l’impression que mes hormones me disent que c’est maintenant. Mais monsieur dit que non on a le temps sans me donner de date. Cela fait quatre ans que nous sommes ensemble et pacses. Nous avons un travail, un toit et de l’amour. Mais non ça ne se passe pas. J’ai longtemps cru que c’était t moi le problème mais je me suis rendu compte que non c’est juste  » pas pour le moment ». Alors j’accepte, je me fais à cette idée , j’essaie même de me dire que ça sera peut être jamais pour moins souffrir. Et tous ces gens qui demandent régulièrement  » c’est pour quand ? » ne font qu’accentuer ce malaise. Pas facile d’être une femme hein ?

  10. Quelle témoignage très touchant. Qui sait, peut être que devant ton désir d’un deuxième enfant, la graine va germer dans son esprit et petit à petit, sa vision sera différente en tout cas je l’espère pour toi..

  11. Je ne sais quoi te dire tellement ce sujet est sensible.. autant pour toi, que pour lui…. Ayant qu’une seule enfant aussi je te comprend énormément… on voit le temps passer et regretter de ne pas avoir fais plutôt un enfant ou encore un deuxième enfant. Je regarde ma fille jouer avec d’autres enfants ou bien la voir regarder dans son coin ses amis qui ont des frères et sœur et cela me brise le cœur. Je ne peux que te souhaiter patience et courage et pour Mr qu’il réalise ton besoin, le besoin de ton fils , votre besoin….

  12. Boubinette

    Je me joins aux commentaires, c’est tellement touchant ! et cela me concerne de très très près également tout ce que tu dis..
    Gros bisous.

  13. L.

    Bonjour,
    Je n’ai pas l’habitude de laisser des commentaires mais j’ai été très touchée par ton article, cette pudeur, ce besoin de communiquer sur ce que tu as vécu et ce que tu vis actuellement. J’ai été d’autant plus touchée que je suis à l’aube de mes 35 ans et je ne sais toujours pas si je souhaite oui ou non fonder une famille. C’est LA question qui occupe mes jours et mes nuits. Mon conjoint ne sait pas non plus. Nos conversations se soldent par des peut-être, des tensions…on dirait presque que l’on attend de l’un et de l’autre de détenir la réponse. J’aime les enfants, j’ai élevé mon frère…je n’ai pas l’impression que cela soit une peur. Je ne sais pas ce qui me paralyse à ce point. J’ai toujours su prendre toutes les décisions nécessaires au bon fonctionnement de ma vie, et elles ont parfois été difficiles. Je ne comprends pas pourquoi je ne réussi pas à me décider pour celle ci qui est primordiale (mon âge avancé., la peur de regretter, la peur qu’il soit trop tard…).
    Dans ton cas, tu dois établir un dialogue. Ta volonté de fonder une famille est forte actuellement. Aussi, n’hésites pas à en parler avec ton conjoint.
    Je te remercie pour ce témoignage, merci de m’avoir permis d’exprimer ces quelques mots.
    Je t’embrasse,
    L.

  14. Oh Nela c’est vraiment bien écrit et touchant, tu devrais le lui faire lire pour qu’il comprenne mieux ton désir? Il me semble que M. est plus âgé que toi? c’est peut-être pour cela, il a peur de vieillir et de ne plus être aussi en forme quand le n°2 aura 18 ans? je comprends ton désir (j »en ai 2 qui ont 2 ans d »écart) pour toi et pour Marcel alors je pense qu’il faut essayer de discuter avec le papa car je pense que lui ressent une certaine crainte que tu pourrais effacer avec tes mots et ton amour! Bizz

  15. Ton article m’a beaucoup ému, moi j’aurai aimé un 3e mais mon Homme n’a jamais voulu et je n’ai pas encore fait le deuil de cette dernière grossesse. Maintenant les enfants sont grands y’aurait beaucoup d’écart je me dis mais l’envie est toujours la.

    Ca restera mon grand regret.
    Je te souhaite beaucoup de courage, il faudra bien que vous en parliez pour qu’un jour tu ne lui rebalances pas ca en pleine tronche lors de vos disputes :/

    Bisous
    Aurélie

  16. Djahann

    Très émue par tes écrits. Il faudrait que Monsieur arrive à exprimer les choses. Si ça se trouve il a juste quelques craintes qui pourraient se dissiper grâce à de belles discussions. PEut être n’a-t-il pas conscience de ton puissant désir de ce petit deuxième. Seul le dialogue (peut être avec de l’aide) permettra d’aboutir à un éclaircissement de la situation.

  17. Pimoussekarine

    Coucou ma Poulette,
    Je t’ai envoyé un mail.
    Je t' »envoie d’énormes bisous <3

  18. je crois que le désir de grossesse est naturel chez les femmes,; Pour les hommes surtout quand ils « vieillissent » , la paternité beaucoup moins hélas….je crois me souvenir que tu disais déjà que ton homme avait déjà repoussé l’idée d’un « petit Marcel  » au plus tard possible mais peut être que ma mémoire me fait défaut ….je ne pense pas que ce soit « contre toi » (excuse moi , la formule est maladroite), peut être veut -il juste profiter de vous deux ….
    Perso, je me retrouve dans ton cas , à ma 4eme grossesse , mon conjoint a formulé un Non catégorique …..je le regretterai toujours et ce désir de maternité est toujours là ,5 ans plus tard….
    à vous d’en parler et de vous comprendre….
    bises

  19. oh ma belle c’es triste ça.
    J’ai deux enfants déjà mais ils sont un peu plus grand que marcel (11 et 14 ans), il y a deux an j’ai dû me faire retirer les trompes j’ai fais une grossesse extra utérine et une hémorragie interne au passage. toujours est il que mon homme est catégorique plus d’enfants, jamais! et dieu sait que mes deux loulou auraient aimé en avoir encore ils adorent les enfants!
    Je comprends ton ressenti quant à ton mari et cette douleur d’absence que tu ne pourras pas combler.
    Concentre toi sur ton petit bout

    biz
    aurore

  20. Vikie

    Voilà de quoi me faire pleurer. Je ne m’attendais pas à un tel article, tu te livre rarement avec autant d’intensité (et j’avoue j’ai pas écris de suite un commentaire, il em fallait un peu réfléchir à comment l’aborder). Ce que tu dis là me touche beaucoup, l’âge aidant, pas de moitié avec qui partager et avoir un enfant, c’est j’avoue un peu triste. Mais je me rattrape avec les petits de mes meilleures amies (^^). Je ne suis pas dans la tête de ton compagnon, mais lui as tu clairement exposé comme tu gens de le faire là ton ressentis ? As-t’il lu ton article (il est touchant de sincérité ^^ et même un ours solitaire saura comprendre) ?
    Ne t’emballe pas, tu as encore un peu de temps. Ne met pas la pression mais réfléchis y sereinement. Prêt ou non, il faut qu’il entende ta tristesse et qu’il l’accepte afin que vous continuez sur de bonnes bases. Et puis n’oublie pas les hommes mont pas le même ressentis avec les petits. Mais parlez en car un regret n’est jamais bon, il est préférable (que vous conceviez ou pas un autre enfant), que la décision soit commune et discutée. Car un doute qui s’immisce n’est jamais bon pour l’avenir.
    En tout cas, console toi en te disant que Marcel est en bonne forme, tu as une famille heureuse (visiblement, en tout cas je te le souhaite), et un boulot qui te passionne ^^
    En tout cas oreille attentive de ma part aux prochaines VDB (sauf en septembre où je pense que ça sera complètement la folie ^^)

  21. Un article très touchant. Mais es-tu certaine que ce désir est totalement éteint ? Je vois très bien comment ton amoureux fonctionne. Dans notre famille nous avons aussi trop souvent tendance à nous taire pour les sujets importants.
    Mais je pense que ton article le fera réagir.

    Effectivement il faut que les deux soient d’accord. Certaines femmes tombent enceintes malgré l’accord de leur compagnon (il est tellement facile de dire qu’on a bien pris sa pilule alors que ce n’est pas le cas), mais les hommes vivent cela comme une trahison, à juste titre.

    Il ne faudrait pas que ce non-dit soit source de rancoeurs et de regrets. J’espère que vous pourrez aborder ce sujet de manière claire et posée. Les envies de chacun sont respectables, il faut simplement pouvoir les comprendre pour les accepter.

    Je t’embrasse <3

  22. Val charrier

    Je suis de tout cœur avec toi. J’espère que tu sauras trouver les mots pour le rallier à ton désir.

  23. Bonjour ma Poulette,

    Ton article m’a beaucoup touché. Tu te livres comme jamais et j’aimerai que tes désirs deviennent réalité.
    Je ne suis pas encore mère mais je fais que d’y penser ces derniers temps…
    L’avenir nous travaille différemment les uns et les autres.

    Je te souhaite tout le bonheur du monde.

    Ingrid

  24. Coucou, je commente rarement ici mais cette fois j’ai eu envie de laisser une petite trace de mon passage. Ton article me touche énormément. Il est vrai que parvenir à discuter, à communiquer des choses sérieuses n’est pas évident, mais peut être cet article permettra t-il un début de discussion ? Bien sûr, le désir d’enfants doit être partagé mais peut être y a t-il des craintes à dissiper pour y voir plus clair ?
    Je vous souhaite de trouver un moyen de communiquer et que, peu importe vos choix, vous puissiez être heureux, car c’est là l’essentiel.
    De gros bisous à toi <3

  25. Tu es ma poulette dans la vraie vie et je me rends compte combien il est difficile de laisser un commentaire dans ton virtuel chez toi mais vu l’heure avancé, l’idée de décrocher mon téléphone n’est peut etre pas la meilleure…

    L’enfant unique… Tu imagines bien comme ça peut me parler 😉

    Pendant très longtemps, j’ai été satisfaite de n’être la maman que d’un seul enfant, le sentiment que je ne pourrais pas aimer un second du même amour. L’amour que je porte à Baptiste est bien au delà de ce que j’aurais pu imaginer (et je crois que seule une maman peut me comprendre -p). Il a été question a une époque d’envisager une seconde grossesse, quelques mois à peine… Et c’est Baptiste lui-même qui a mit un véto. Il ne voulait pas de frère ou de soeur.

    Les enfants uniques ont ce pouvoir assez impressionnant de se lier aux autres. Je les trouve d’ailleurs peut-être plus sociables même, certainement à la recherche de compagnie qu’ils n’ont pas à la maison. Nous avons déménagés dans uen autre région et Baptiste s’est fait de nouveaux amis, mais j’ai été assez surprise de retrouver à la maison pendant des week-end ou lors de vacances un ou deux de ses amis parisiens. Baptiste est fidèle dans ses amours fraternels, parce qu’il s’agit bien de cet amour là, quand je les écoute, quand ils me chambrent lorsqu’ils sont réunis, je les ai aussi un peu élevés au fil des années tout comme les mères des copains l’ont fait pour le mien. Ce sont eux aussi sa famille… Il n’a que 18 ans et une de ses plus vieilles amitiés remonte au cours élémentaire, Diego son frère de coeur.

    Baptiste est parti fréquemment à l’autre bout du monde ces derniers mois, tu le sais et pas un jour sans Facetime, peut-être même plus proche que lorsqu’il est dans la chambre d’à coté.

    Pas d’inquiétude Poulette, la vie, le temps qui passe rend les choses plus douces, inutile de se projeter dans 10 ou 20 ans, juste savourer l’instant présent.

    Et pour la maison de retraite, je te raconte une dernière anecdote! Ma grand-mère maternelle a eu 11 enfants, elle vient d’être placé en maison de retraite puisqu’elle ne pouvait plus vivre seule, il y en a bien un ou deux (ceux qui vivent sur la même commune limite) qui vont la voir mais les neufs toujours en vie se mènent une guerre sans merci pour les frais de ce placement. Avoir une smala n’est pas synonyme de petite maison dans la prairie et puis je te rappelle que j’ai deux soeurs que je n’ai pas vu depuis presque 10 ans, on est pas obligés d’avoir des atomes crochus uniquement parce que l’on partage le même adn….

    Je te fais plein de gros bisous doux 😉

  26. Coucou Manuela,

    Ton article est tellement touchant et écrit avec tellement de finesse. Je n’imagine pas ce que tu viens meme si je peux le comprendre. Je ne pense pas avoir les mots pour en parler mais mon Coeur à ete vraiment touché pour ton article. Avoir le cran de l’écrire c’est juste magnifique, bravo pour ton courage car quand on écrit un article aussi personnel, ce n’est pas du tout facile et en même temps les choses deviennent encore plus réalité.
    Je t’embrasse fort…

  27. MlleLoute

    Je n’ai pas de mots…..

    Je souhaite un enfant mais pas mon homme sachant que l’on en a pas.
    6 grossesses autour de moi cette année des personnes très proche j’ai juste envie de pleurer hurler pourquoi pas moi ?
    J’ai un neveu et une filleule que je serre dans ma bras me disent je t’aime mais ce n’est pas pareille……

    J’ai encore le temps d’avoir un enfant j’espère qu’il ne restera pas catégorique 🙁

    Courage 🙂
    Bisous

  28. Très bel article… Et beaucoup de tristesse, d amertume…. Monsieur aurait besoin d entendre vraiment que ce n est pas une lubie. Que ce bébé 2, tu le désires ardemment…. Et l aube de 40 ans? Tu as encore du temps, certes moins mais tu as encore le temps. De non pas persuader l homme mais comprendre pourquoi il ne souhaite pas de numerobis… J ai la chance d avoir deux princesses bien grandes avec ex mari pas cool et cheri actuel ne veux pas entendre parler d un nous miniature…. J en ai fait mon deuil mais c est compliqué.
    Bises

  29. Coucou Poulette,

    Un sujet difficile à aborder avec l’être aimé mais aussi avec les autres… Quand je te lis, je pense à ta situation parce que je sais que ton homme est un peu plus âgé, qu’il a déjà un enfant d’une précédente union et que je pense que de son côté, il se sent comblé… Mais je ne veux pas faire de mauvaises suppositions…
    Perso, j’ai été enfant unique pendant 11 ans puis un frère est arrivé. J’étais ravie mais même si j’adore mon frère, 11 ans d’écart c’est beaucoup et je n’ai pas connu avec lui de souvenirs fraternels tels qu’on peut les imaginer. Et finalement lui a aussi été élevé comme un enfant unique. Mais comme le dit Kaki, j’ai toujours eu des amies jusqu’à parfois les identifier comme des sœurs. Par contre cela m’a rendu très exigeante en amitié et je ne supporte pas la trahison et la déception…
    Et tu connais un peu ma vie, j’ai eu des jumeaux à un âge plutôt jeune, 26 ans, qui ont été la cause de la rupture de mon couple. Des jumeaux, c’est du bonheur mais c’est aussi énormément de chamboulements dans une vie. Je n’ai pas profité de ma grossesse puisque j’ai accouché à 6 mois 1/2 de bébés grands prématurés et qu’en plus des jumeaux, c’est à la chaine pour tous les moments sympas du quotidien… Bref, j’avais 2 enfants dont je ne profitais pas même si je les aimais terriblement. Jusqu’à leurs 3 ans, je ne les ai pas vu grandir parce que fatiguée, épuisée physiquement et moralement avec une rupture en plus… Puis j’ai rencontré Vincent qui lui n’avait pas d’enfant et en voulait. On a eu Lily, j’ai profité de tout, de ma grossesse, je l’ai allaité jusqu’à 1 an, bref une relation complètement différente. Et aujourd’hui, je sais que Vincent aurait adoré avoir un autre enfant, moi aussi j’aurais adoré lui en donner un et revivre tout ce que j’ai vécu avec Lily mais voilà, elle a déjà 6 ans, les jumeaux vivent avec nous 90% du temps (leur père est démissionnaire…), 3 enfants à élever, c’est difficile, financièrement il faut pouvoir assumer aussi et puis l’avenir me stresse tellement, je me dis que faire des enfants est finalement très égoïste dans notre société…
    Bon j’ai l’impression de m’éparpiller et finalement de ne pas répondre à ta question mais juste pour te dire que chacun est différent dans son ressenti. Avec Vincent, on a cette chance de beaucoup discuter, de se dire les choses et si on fond de nous, on a ce regret de n’avoir eu qu’un enfant ensemble, lui me dit toujours qu’on en a une en bonne santé dont on profite pleinement et que ce serait encore différent avec un enfant en plus. Aujourd’hui elle a 6 ans, on retrouve notre vie de couple plus facilement et nous savons que nous passons à une étape différente….
    Essayez d’en discuter, il n’y a que ça qui puisse vous aider à voir la vie de la même façon, à apaiser les regrets qu’il pourrait y avoir…ou au contraire à fonder de nouveaux projets…
    Pleins de bisous
    Julie

  30. toy62

    coucou
    joli article
    je suis fille unique et moi aussi 2 ce serai un idéal, surement lié au fait que je sois fille unique, que c ‘est moi qui devra prendre seule des decisions qd mes parents disparaitront en plus ils sont separés et n ont âs refait leur vie
    la on se lance pour un premier mais mister sait déjà que pour moi 2 ce serait bien pour plus tard
    joli photo biz

  31. laure

    Bonjour
    Avec le papa de ma fille nous sommes restés ensemble 4 ans. 4 ans sans pouvoir parler de bébé car je voulais un bébé et lui non. Il était catégorique sur le question. et le 30 octobre 2013, j’apprends que je suis enceinte. Dès que je l’ai appris j’étais heureuse mais j’avais peur, je savais qu’il allait se passer quelque chose de pas « cool ». pendant 3 mois, interdiction de parler de bébé, de toucher mon ventre, de m’accompagner au écho. rien. il m’avait même dit avant noel « dis à ta famille que je ne veux pas en entendre parler » et le 31 janvier 2014 il part au travail à 12h30 et je recois un message qui dit qu’il ne veut plus de moi et qu’il veut que je parte de NOTRE appartement. je suis resté 3 mois chez ma maman sans aucune nouvelle du futur papa. le 26 mai césarienne en urgence, bébé presque mourant, héliporter à 1h de moi, je ne l’ai vu que 2 jours plus tard. toujours aucune nouvelle. et maintenant, 2 ans plus tard je vis seul avec ma fille, papa totalement absent, il n’a jamais voulu voir sa fille ni rien .. mais malgré tout ça, je ne regretterais jamais d’avoir eu ma fille, de l’avoir gardé au détriment de mon couple. c’est le plus beau des cadeaux.

  32. Coucou Poulette,
    C’est peut être l’occasion de poser tout à plat avec ton homme, lui montrer ton réel désir et en discuter à 2.
    Mais je comprends ton sentiment, c’est dur de faire le deuil d’une nouvelle grossesse et autant te dire que numero 2 a 6 mois mais j’arrive toujours pas à couper le cordon et je suis tres nostalgique de ma grossesse qui a eu pourtant beaucoup de moment difficiles.
    Cet enfant il faut le faire parce que vous en avez envie tous les 2 et que vous avez un projet familial, pas pour Marcel… Les enfants sont quand meme une epreuve pour un couple, la base doit etre solide !
    J’espere que vous trouverez un terrain d’entente, gros bisous

  33. cleimini

    Je lis régulièrement ton blog que j’adore, mais alors cet article m’a vraiment émue…Tu racontes quelque chose de si personnel et en même temps j’ai l’impression de te comprendre. Je suis en plein questionnement sur la communication avec les hommes en général, parfois parler de sujets profonds est vraiment très très compliqué et nous les filles ca nous empêche d’avancer, on rumine nos questions au fond de nous… Je ne peux que te souhaiter du courage, de la force et de profiter à 1000% du bonheur que tu vis actuellement avec ton poulet et ton poussin. De gros bisous!

  34. Anjaline

    Ton article m’a beaucoup touchée… Je viens moi aussi d’une famille très réduite, et j’ai du mal à sauter le pas, tout en ayant peur de regretter ensuite d’avoir trop attendu. Je suis certaine que Marcel est très heureux avec toi, avec ou sans frère et soeur! Peut être que ton amoureux a répondu celà uniquement pour couper cours à cette sempiternelle question? La famille met souvent tellement de pression… J’espère en tout cas que vous allez pouvoir en parler sérieusement, et surtout profites bien des précieux moments passés avec Marcel! Gros bisous.

  35. Salut poulette ! J’ai pas l’habitude de commenter tes post, mais celui-ci m’a particulièrement émue. Je lis beaucoup dans les commentaires des Femmes qui partagent ta douleur, car Monsieur refuse un second ou un troisième enfant. Chez moi, c’est le contraire : malgré notre petite vingtaine, mon Monsieur rêve d’une tête brune qui aurait mes yeux. Tête brune que je ne pourrais jamais lui offrir, étant donné que je suis stérile. La discussion a été longue, j’ai eu peur qu’il me quitte. Puis il a « renié » cette envie, avant de voir la pression sociale qui m’entourait au quotidien. On parle pacs, fiancailles, mariage. Et la question « et le bébé ? C’est pour quand ? ». Je répond poliement « pas pour tout de suite », mais l’homme ne comprend pas pourquoi je n’explique pas la situation. Pourquoi ? Parce que dans la société actuelle, une femme qui n’enfante pas est une exception, pour ne pas dire une ratée. Refuser d’enfanter, c’est mal. Ne pas pouvoir, c’est le but d’une vie foutu en l’air. Sauf que moi, je suis stérile depuis mes 14 ans, et avoir des marmots n’est pas le but de ma vie, j’ai eu largement le temps de m’en trouver un autre. Et Monsieur, mon cher amour, il passe pour un connard de ceux qui connaissent réellement la situation : « Pourquoi lui réclamer des enfants alors qu’elle ne peut/veut pas ? Tu penses un peu trop à toi non ? ». C’est assez surprenant, car je passe pour une ratée, et lui pour un monstre. J’ai envie de dire, même si c’est pas facile… Relativise. Tu en a déjà un, le fruit de votre amour. D’autre ne pourront pas partager ce bonheur que tu nous expose sur ton blog. Et n’oublie pas de prendre le temps d’en parler avec lui pour connaitre ses raisons, afin de ne pas ruminer les prochaines années ce refus qui t’a blessé.
    Bises
    La Maladroite

  36. Sophie

    Je viens de lire ton article .. et je suis bouleversée ..
    c’est tellement personnel et profond ce que tu as écris que ça me touche énormément ..
    C’est un magnifique article et ça fais vraiment du bien de lire parfois qu’on est pas toute seule !
    Profite de ton petit prince parce que chaque instant est magique !!
    Des bisous

  37. Nancy

    Bonjour,

    Je découvre ton blog par hasard…et je me suis mise à le parcourir et puis cet article…pile dans ce que je vis en ce moment à l’inverse que j’ai deux enfants (Bientôt 10 et 5 ans), je venais d’accoucher de mon fils, petit dernier, que je parlais déjà du 3eme, j’ai toujours voulu trois enfants…seulement le hic mon conjoint n’en veut pas du tout et comme le tien l’avis est bien tranché, impossible d’avoir de vraies raisons valables (pour ma part).

    Les réponses sont simples: pourquoi s’y remettre alors qu’on est bien comme ça? pas envie de tout refaire… et puis dans le monde dans lequel on vit c’est pas sérieux…

    Autant dire que dans ces cas, fallait ne pas faire les deux premiers et autant s’arrêter de vivre de suite…

    Alors je comprends ses « excuses » mais c’est le fait que cela soit catégorique, sans penser à comment je le vis MOI qui me blesse, m’énerve beaucoup aussi… J’ai pas mal de BB « en route » autour de moi et j’avoue ne pas bien le vivre…savoir que je ne revivrais plus de grossesse, que je n’aurais surement pas ce BB3, je ne le vis pas bien… et je remets tout en cause du coup…Mais lui s’en fout de ca….complètement.

    Alors je comprends ce que tu ressens, meme si j’ai mon deuxième loulou, c’est surtout très dur de faire le deuil d’une grossesse, d’un enfant…

Les commentaires sont fermés.