Poulette Books | C'est l'histoire d'une fille...

03 Déc 2011

Flirt, mode d’emploi [C’est l’histoire d’une fille]

On continue la série des petites nouvelles…

 

 

FLIRT : MODE D’EMPLOI.

 

Le romancier grec Vassilis Alexakis confiait à un journaliste :

« Le flirt permet de jouer dans sa tête, de rêver. De contourner l’ennui qui guette toute liaison. »

 

Voilà le fin mot de l’histoire : jouer et rêver.

 

Je me suis souvent demandé si ce concept de flirt n’était compréhensible que par la gente féminine.

Pourtant, je constate que la description la plus exacte que je m’en fais est celle donnée par un homme.

 

Pour une soirée, une nuit ou quelques heures, n’est-il pas plaisant de feindre et de jouer la comédie ?

 

Un regard complice, un frôlement de main, un baiser…

Être une autre personne, sans engagement ni promesse…

Simplement profiter de la magie de l’instant et du mystère de la découverte.

 

Malgré l’emploi régulier de ce terme, la notion de flirt, quant à elle, semble totalement abstraite pour les hommes.

 

Une femme qui vous sourit, qui entre dans le jeu de la séduction, voire qui accepte un baiser, semble forcément être une femme avec laquelle vous allez terminer la nuit.

 

Pourtant le descriptif du flirt est on ne peut plus explicite.

 

 

L’écrivain Marie Desplechin a mis en lumière plusieurs aspects de cette relation :

« Le flirt, c’est tout ce qui a lieu avant l’engagement.

Tout ce qui invite, mais ne contraint pas.

Tout ce qui vous laisse dans l’espace grisant de votre liberté. »

 

La liberté de dire oui, ou de dire non.

La liberté de décliner une proposition.

La liberté de choisir entre l’imaginaire ou la réalité.

 

Le flirt est une sorte de fantasme vécu par deux personnes en temps réel.

 

 

Quel parfum porte-t-elle ?

Comment m’embrasserait-il ?

 

Quelles formes se cachent derrière cette robe ?

Quelle est la saveur de sa peau ?

 

Passerait-elle la nuit avec moi ?

Dois-je passer la nuit avec lui ?

 

 

« Le flirt est un art complet, qui met en pratique toutes les ressources des individus, la parole et la voix, l’intelligence des conduites, et enfin le corps.

Tout le corps?

Oui, tout le corps.

À l’exception d’une performance : la pénétration.

Autant dire les choses clairement : tout mais pas ça. »

 

Car, dans ce cas, le flirt ne se nomme plus comme tel.

Aventure d’une nuit, amorce d’une liaison, début d’une histoire d’amour…

L’après – flirt peut prendre plusieurs formes.

 

Mais il peut également devenir une étape à part entière.

Un lien réel et régulier entre un homme et une femme qui se contenteraient de vivre pleinement et entièrement cette complicité.

 

À l’heure des nouvelles technologies, textos, chat et emails font partie intégrante des moyens de communication de ces couples imaginaires.

 

Alors que certains se satisfont d’une relation purement virtuelle où le contact physique voire la rencontre sont inexistants, d’autres utilisent ces armes pour alimenter le fantasme et la séduction.

 

Des échanges un peu coquins, des promesses de nuit torride ou des projets d’avenir, tout est bon pour augmenter l’excitation et faire durer la relation.

 

Ces mots seront-ils mis en application ?

Aucune règle n’est établie et l’évolution dépend du besoin de chacun.

 

Il arrive cependant que le passage à l’acte ne soit pas à la hauteur de l’émotion ressentie.

L’idéalisation de la rencontre, le sentiment de tout savoir de l’autre, la volonté d’être performant font bien souvent oublier que l’amour est un acte de partage et qu’une relation se fonde à deux.

 

 

« Ce qui rend le flirt si amusant, à la différence de la drague qui ressemble bêtement à la chasse, c’est qu’il propose aux amateurs une gamme très étendue d’activités. »

 

Les règles étant établies, l’imaginaire a toute sa place.

Et au même titre qu’une relation réelle, le flirt doit être entretenu.

 

Séduction physique, sous-entendus ou avances effrontées…

Il existe un large éventail de possibilités.

 

Des questions peuvent toutefois se poser…

 

S’agit-il d’une relation réelle ?

Ce manque de relation sexuelle permet-il de cautionner le cumule des flirts et de ne pas rechercher l’exclusivité ?

 

Aucun engagement n’étant pris, tout est donc envisageable.

 

Cependant, est-il possible d’être réellement séducteur avec plusieurs partenaires ?

De savoir alimenter la flamme et d’être réactif à l’imaginaire de l’autre alors que nous entretenons plusieurs relations de ce type ?

 

Certains diront que oui.

Mais, en définitive, les réponses toutes faites n’existent pas.

 

 

Toutefois, le flirt en lui-même a bel et bien des limites et tous semblent s’accorder sur ce point.

 

Pour l’illustrer, je n’ai choisi de retenir que la définition de l’homme politique André Santini, visiblement philosophe (et poète ?!) à ses heures.

 

À mon sens, celle-ci résume parfaitement le concept et me semble être parfaitement à la portée intellectuelle du sexe fort.

 

Le flirt c’est :

« La main dans le machin

Le machin dans la main

Mais jamais le machin dans le machin »

 

À bon entendeur…

 

 

2 commentaires sur “Flirt, mode d’emploi [C’est l’histoire d’une fille]”

  1. Tout cela est bien décrit. Je ne savais pas André Santini aussi « poétique ». Mais cette « prose » a certainement l’intérêt d’être accessible à la gente masculine à défaut d’être subtile et délicate !

    • Poulette Nela

      Effectivement ça a clairement été écrit par un mâle pour les mâles !

Les commentaires sont fermés.